36e Baromètre des TPE 4e trimestre 2009 - Social Digital Marketing Blog

36e Baromètre des TPE 4e trimestre 2009

Le moral des TPE remonte … mais pas encore leur activité

Crédit : moins de demandes mais des refus plus marqués

Paris, le 9 décembre 2009 – Ce 36ème baromètre de conjoncture des Très Petites Entreprises, réalisé par l’Ifop pour FIDUCIAL, montre que même si leurs dirigeants espèrent une amélioration progressive de la situation économique, ils souffrent toujours de la crise.

La création nette d’emplois repart à la hausse : + 2,5%
L’amélioration amorcée en juillet dernier sur le front de l’emploi se poursuit. 16% des TPE déclarent avoir embauché du personnel ces trois derniers mois (+5 points). La création nette s’établit maintenant à +2,5% contre 0 lors du dernier baromètre.

Les patrons de TPE ont plus facilement recours au CDD (46%) qu’au CDI (33% contre 40% un an auparavant). Le contrat d’apprentissage connait également une forte croissance (12% des embauches, soit +3 points par rapport à octobre 2008) ainsi que le contrat aidé (9%, soit le taux le plus élevé depuis 2005, hors CNE).

Pour 2010, 14% des patrons de TPE anticipent une augmentation de leurs effectifs et 3% une réduction.

Banque : restrictions moins ressenties, rejets plus fréquents
Alors que les demandes de financement diminuent légèrement (25% contre 28% trois mois auparavant) les dirigeants sont moins nombreux à déclarer avoir subi un durcissement de l’accès au crédit de la part de leur banque au cours des derniers mois (21% contre 31%).

Cependant, à y regarder de plus près, pour les entreprises qui ont fait une demande de crédit récente, les refus ont augmenté de 19 points pour atteindre 42% des demandes.

Une situation financière toujours préoccupante pour 32% des TPE
Alors que l’indicateur de situation financière connait son meilleur score depuis 15 mois, il est toujours à un niveau très bas (-18). Seuls 18% des dirigeants interrogés misent sur une augmentation de leur chiffre d’affaires au cours des trois prochains mois contre 30% qui prédisent une baisse.

En revanche, ils ne sont plus que 8% à envisager la possibilité de cesser leur activité en raison de la crise, contre 18% en juillet.

Plan PME, taxe carbone, réforme de la taxe professionnelle : des dirigeants sceptiques
Les chefs d’entreprise interrogés ne sont pas enthousiasmés par le plan PME présenté par Nicolas Sarkozy. Ils sont d’ailleurs 80% à ne pas se sentir concerné par ce plan. Alors qu’un patron sur quatre envisage de doubler, voire de tripler son activité dans les 10 ans, seuls 9% d’entre eux accepteraient l’entrée dans leur capital d’un nouvel actionnaire comme l’Etat.

Bien que l’action menée par le chef de l’Etat en matière d’environnement soit saluée par une majorité de patrons de TPE (64%), ils sont 36% à craindre un impact négatif sur leur activité de la mise en place d’une taxe carbone et 61% à redouter un impact négatif sur la consommation des ménages.

En ce qui concerne la réforme de la taxe professionnelle, seule la moitié des dirigeants considère qu’il s’agit d’une bonne mesure pour les TPE. D’ailleurs 54% d’entre eux la qualifient de mauvaise pour l’économie française en général.

Bilan contrasté pour Nicolas Sarkozy à mi-mandat
44% des chefs d’entreprise sont satisfaits de l’action de Nicolas Sarkozy. Bien que minoritaire, ce score a augmenté de 8 points par rapport à celui d’avril 2008, à l’issue de sa première année à l’Elysée. Ces résultats s’expliquent par un jugement positif sur son action dans les domaines importants pour les TPE : la baisse des impôts (43% de jugements positifs, + 11 points par rapport à avril 2008), la croissance et l’attractivité de la France (36%, + 9 points) et la lutte contre l’inflation (34%, +17 points).
Cependant, les jugements sont négatifs sur le bilan de Nicolas Sarkozy, en matière de sécurité (55%), d’immigration (61%) et de justice (70%).

Comme le souligne Jean-Marc Jaumouillé, directeur des techniques professionnelles :« La majorité des patrons de TPE (58%) souhaite que la priorité soit donnée à un retour à l’équilibre des finances publiques. D’ailleurs, en gestionnaire bon père de famille, 79% d’entre eux n’imaginent pas le lancement d’un grand emprunt sans condition préalable une réduction des dépenses publiques ».

Méthodologie de l’Etude :
Echantillon de 1 003 dirigeants de TPE de 0 à 19 salariés, raisonné sur les critères secteur d’activité de l’entreprise, taille de l’entreprise, région d’implantation de l’entreprise et interrogé par téléphone du 19 octobre au 2 novembre.

Posté dans Actualités par KAMEL LEFAFTA le 29 avril 2010.
Tags: ,

Laisser un commentaire