Nos comportements évoluent… 2ème partie - Social Digital Marketing Blog

Nos comportements évoluent… 2ème partie

Le rapport à la consommation

Les consommateurs tiennent à l’encontre de la consommation un discours ambivalent et contradictoire. S’ils reconnaissent volontiers les aspects positifs et confortables de la société de consommation, dans le même temps, ils demeurent conscients de ses limites et incohérences.

Si le consommateur maintient intact sa volonté de s’affranchir des influences marketing des marchands, en parallèle, il est en quête perpétuel de promotions, de soldes et de la “bonne affaire”. Sa recherche effrénée de produits ou de services au “meilleur prix”, alimente son “zapping” commercial et renforce inexorablement sa dépendance à l’égard des messages publicitaires et de la pression marketing.

Cette relation complexe n’aura de cesse de s’étendre, au risque de devenir une tendance forte, agitant lourdement le quotidien du consommateur au prise avec son besoin de consommer avec “du sens”, et en écho l’irrémédiable appel des sirènes de l’espace marchand.

Un constat s’impose : le consommateur a changé. Plus de trente années de consommation effrénée, sans détachement, cèdent la place à un consommateur on le lui souhaite plus averti, certainement plus critique, mais à coup sûr plus réticent à se faire « berner ».

Ainsi, la quête des marques à tout prix a vécu. L’avenir devrait appartenir aux produits « marqués » ou « blancs » qui apportent au consommateur un bénéfice réel, une valeur ajoutée avérée… Gare aux promesses solubles dans la vent…

De même que ses aspirations à consommer des produits porteurs de bénéfices, le consommateur cherche à privilégier la « consommation engagée », d’autres diront citoyenne.

38% des consommateurs disent tenir compte des engagements de « citoyenneté » des entreprises lorsqu’ils achètent des produits. Mode ou véritable tendance de fond ?.

L’avenir nous le dira. Cependant, une remarque peut éclairer cette motivation naissante :
La consommation dite « citoyenne » est surtout l’affaire de ménages à fort pouvoir économique et culturel.

A moyen terme, rien ne dit que cette consommation « citoyenne » ou « éthique » s’étendent à toute la population, pour bouleverser fortement les équilibres actuels.

En revanche, les conditions sont en place pour des changements… irrévocables.

C’est aux entreprises, grandes ou petites de rester vigilantes.

Kamel LEFAFTA

Laisser un commentaire